Par Obligation, par Intérêt, par Envie

Depuis le 1er janvier 2017, Lannion Trégor Communauté (LTC), notre communauté d’agglomération, regroupe 60 communes au lieu de 38 depuis 2015. Cette évolution, proposée par le Préfet des Côtes d’Armor dans le cadre imposé de la loi NOTRe, s’est passée sans problème, grâce à :

   l’existence d’un projet de territoire, 
        une gouvernance politique adaptée,
        la volonté de proximité, par la mise en place de 7 pôles territoriaux.

De la même façon, le regroupement de communes n’est pas un sujet tabou, mais au contraire un sujet de débat : au sein de cette agglomération, une «commune nouvelle», issue du regroupement de plusieurs communes, aurait de fait plus de poids dans les décisions.

La mutualisation peut être la première étape d’un tel regroupement. Perros-Guirec et Trégastel ont lancé cette phase. Mais ces mutualisations ne sont pas à la hauteur des enjeux attendus.

Comment construire une «commune nouvelle» ?

   Par obligation, la technostructure de l’état imposant sa mise en place, avec un risque fort de méconnaissance de la réalité et de rejet par la population
        Par intérêt, essentiellement financier, l’augmentation de la Dotation Globale de Fonctionnement apparaissant comme une carotte fiscale appétissante … cependant bien aléatoire 
        Par envie, en associant les habitants à une réflexion en profondeur sur les avantages et inconvénients d’une telle fusion, en prenant le temps.

Seule cette dernière option permet d’être sûr de faire naître une nouvelle commune cohérente et solidaire.

Les atouts et les problèmes de chaque commune doivent être pris en compte :

   * Son état financie,
        * Ses investissements, ses richesses patrimoniales,
        * Ses services à la population,
        * Ses visions à long terme des développements économique et social,
        * Son Plan Local d’Urbanisme.

Il est impératif que démocratiquement les habitants soient associés à une telle démarche, dans une approche collective et partagée. Chaque commune, chaque maire a son rôle à jouer, où il faut éviter le choc des égo, parler de coopération et non de compétition, construire le faire ensemble et dépasser les «querelles de clocher». Il faut donner à cette nouvelle commune une vision long terme de son devenir propre comme de son avenir au sein de LTC. Alors n’hésitons pas à en débattre, à faire des propositions, à réfléchir à la naissance d’une nouvelle commune, regroupant, par exemple, Perros-Guirec, Saint-Quay-Perros et Trégastel. Nous, élus de Perros Autrement, sommes prêts à nous lancer dans cette réflexion, aux côtés des citoyens, afin de bâtir une structuration adaptée à notre territoire.